18 avril 2005

exterieur

Un roman qui s'écrit au jour le jour. Monologues intérieurs, mais adressés, correspondances, dialogues, de personnages qui se cherchent, s'évitent, se trouvent, se séparent, se réunissent... On peut préférer suivre chaque personnage dans sa catégorie A, B, C...
Posté par deborge à 17:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 avril 2005

A

À nouveau je vois les mêmes visages mais comme d’habitude je ne vois pas les mêmes choses qu’eux. C’est dur, tu sais, de se sentir dans la médiocrité, et en même temps sentir la médiocrité sourdre de soi-même. C’est comme une plaque de verre qui empêcherait toujours au moment crucial le geste décisif. Alors je vais dans l’existence, comme tant d’autres. Je me pose des questions, mais peut- être eux aussi ? Comment savoir ? J’ai renoncé à pas mal de choses, mais peut-être eux aussi ? Finalement j’ai toujours l’impression que ... [Lire la suite]
Posté par deborge à 17:15 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
18 avril 2005

B

On écrit avec son sang... Tout passe par le sang, pourquoi ne pas le dire, et moi je t'écris avec ma plume, même si je sais que la lettre ne partira pas. Où es-tu ? M'entends-tu ? Je suis bien un fils indigne et impie, n'est-ce pas ? Oh, ma fille, tu verrais comme elle est belle, et douce... À la fin, même les bébés ça ne t'intéressait pas tellement. Fascination, peut-être... Intérêt, oui, mais pas comme nous autres, de ce coté-ci de la barrière... Oui, tu sais, elle pousse bien, elle est coquine. Moi hier j'ai chanté une... [Lire la suite]
Posté par deborge à 17:17 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
22 avril 2005

C

Peut-être le vieillard va-t-il accoucher d'un homme nouveau.Et peut-être les choses maintenant sont-elles plus simples.Je me souviens de ces paroles définitives qui ouvrent le monde.Je me souviens de ces vieillards transis.Sûrement le vertige n'est-il jamais plus grand que devant la toile blanchela page blanche ou la neige blanche,la fin totale de toutes les distractions inventées.Peut-être l'enfant que je porte en moi va-t-il venir – Silence.La vie est dans le vieillardet la vieillesse dans l'enfance.Viennent à moi ces langueurs... [Lire la suite]
Posté par deborge à 22:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
25 avril 2005

C — Pub

Alors comment vont mes parisiens ? / Pas très bien, ils me font mal au coeur, ça ne va pas aujourd'hui. / Bousculades, tension, traits tirés, courses, presse, éclairage lunaire. Le soir je rentre dans ma province, la journée a été fatigante, je grignote quelque chose, à la télé il y a une émission sur la pub. Ce qui s'organise autour de nous et en nous, ce qui est humain, et un peu plus, un peu au delà ? Ce qui va vers un but (?) que nous ne comprenons pas et qui nous échappe.À moins que ce but ne nous comprenne, et nous... [Lire la suite]
Posté par deborge à 18:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 avril 2005

B — À bout

  Cette fois-ci, je suis à bout, je n'en peux plus... Laissons-nous de nouveau entraîner par les règles de l'écriture, puisqu'il y a règle en tout, règne devant l'éternel, un vaisseau dans la nuit, je n'en peux plus : tout m'est signe, mais signe indéchiffrable et inutile. Les libérés, les libérés de l'asservissement soi-disant. Le calumet, la bataille. La grammaire de Champollion, les trésors, les incunables. Les cris, les cris des soldats, cette trompette monotone me revient. L'autre minable avec ses inspirations,... [Lire la suite]
Posté par deborge à 17:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
29 avril 2005

C — Souvenirs

  Quand on passe la barrière de M***, brusquement le paysage devient plus montagneux. Ou plutôt on réalise soudain que le pays est maintenant montagneux. On n'avait pas fait attention aux accidents du relief, aux lointaines collines qui se profilaient à l'horizon, doucement approchantes. L'horizon maintenant se ferme, brusquement il vient vers vous, de grasses collines sombres vous regardent et les nuages gris et immobiles sont comme leur reflet, au dessus d'elles... Ce n'est plus la plaine, mais c'est encore le même pays,... [Lire la suite]
Posté par deborge à 19:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
29 avril 2005

D

Tiens-toi bien dans le monde, tu entends !  Maintenant tu es parti, mais quoi que tu en dises, tu n'es pas hors du monde, même si tu es loin de tout, même si tu t'es voulu solitaire. Pour ma part je vais passer un certain temps à X***. Regarde tes atlas, tu verras où c'est. Cartes de géographie, cartes routières, cartes de visite. N'oublie rien.N'oublie surtout pas ta promesse. Tu sais à quoi t'en tenir sur mon compte. Pour ma part je ne t'oublie pas. Ta photo est sur ma table de chevet. J'en ai une autre, un peu plus... [Lire la suite]
Posté par deborge à 19:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
30 avril 2005

A

Dans la foule multicolore les visages changent et tournent,C'est une farandole peut-être joyeuse qui passe devant tes yeux,Le souvenir d'autres foules dans d'autres pays.Chaque visage se transforme sous tes yeux et te rappelleD'autres rires, d'autres visages qui ceux-là te riaient.Mais hélas bientôt cette figure tourne encore et redevientLa figure inconnue d'un inconnu de la foule indifférente.Obstinément la foule te renvoie à toi-mêmeA-t-on jamais été plus seul que dans la liesseQuand pour soi on sait déjà que la fête est finieQuand... [Lire la suite]
Posté par deborge à 18:13 - - Commentaires [2] - Permalien [#]