24 mai 2005

C — Réminiscences

Le saint en prière sur le mont
C'est peut-être moi
Le pendule, le clocher
La voiture qui file dans la campagne
Première sortie le vélo les arbres dans la brume
Des jours de pluie, des sortilèges
Le couloir – carrelage sonore
Mais pas de regret
Maintenant la forêt qui se découpe sur le bleu du ciel
L'air est léger, le vent insiste
Toujours dans les murmures et les graves
Comme une respiration
Voilà le caillou – de la terre attachée et qui colle au doigt ?
Non, tout sec, et un autre plus petit pour l'accompagner
Ça n'a qu'un temps – le vol des fauvettes
Un écorchement rouge à l'horizon – à peine déchiffrable
Au dessus de maisons – au dessous ?  ou alors dans une autre direction
Le murmure indistinct de l'eau
L'attente
Trois lignes horizontales – ma marque
Mes attentes, mes demandes
Une prière qui n'ose pas s'élever
Pour qui ? pour où ?
Quelquefois le ciel sonne bizarrement creux
Il est tout noir vous savez – le bleu est une distraction – une prière

Posté par deborge à 17:59 - - Commentaires [1] - Permalien [#]


Commentaires sur C — Réminiscences

    Ce n'est pas parce qu'on ne laisse pas de commentaire qu'on n'attend pas la suite.
    Ou est la suite ?

    Posté par Blang, 22 juillet 2005 à 23:29 | | Répondre
Nouveau commentaire