01 mai 2005

C

Rivages lointains, jolie chanson.Te souviens-tu de cette grise matinée,et la présence et la pulsation de la mer silencieuse,la mer éteinte.Je cheminais avec elle, rêves de rubans, plage défaite,comme un lit au matin.J'aurais tout aimé d'elle, comme la vie en un éclair,et ses gémissements, et ses plaintes,ses prières, et aussi son indifférence.Gentille vague, tu me prendras, tu me noieras.Et avec les méduses, les sables salis, les coquilles délavées,avec les milliers de bulles et cette bave livide,je voguerai avec l'inconscience d'un... [Lire la suite]
Posté par deborge à 17:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

09 mai 2005

B

Tout s'éclaire maintenantMa petite fille est làtout près de sa mèreElle rit et regardeConcevoir chaque instant comme un instant magiquepercevoir la magie de chaque instantComme c'est étrange en tout cas ces idées qui s'entremêlentqui s'affirment et s'échangents'approfondissent mutuellementOcéan d'Idées...Te souviens tu de la joie de ta jeunesseLe vaste monde que tu découvrais qui s'offrait à toiLes êtres les formes les ombres les soupirs les mystèresLa petite OliveiraLa petite NaranjaToutes mes petites barcelonesAbandonne toutes idées... [Lire la suite]
Posté par deborge à 22:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
12 mai 2005

D

Voilà déjà quelque temps que je n'ai pas eu de tes nouvelles. que se passe-t-il ? J'ai besoin de tes visions, de tes rêves. Je regarde un atlas, je cherche dans des dictionnaires... Je sors dans la cour cernée de hauts murs, puis je rentre... je n'arrive pas bien à me chauffer pour de bon, l'hiver est long... Hier j'ai surpris un rayon de soleil sur la miniature que tu m'avais offerte... Tu t'en souviens ? Peut-être déjà n'as-tu plus besoin de moi... Peut-être as-tu trouvé une autre... Si une telle pensée me vient le matin,... [Lire la suite]
Posté par deborge à 18:51 - Commentaires [0] - Permalien [#]
20 mai 2005

C

Déjà dix jours que je suis enfermé ici… Ça va bien, puis ça va mal. Toujours l'angoisse qui vous pousse, qui vous aiguillonne… Mais là elle pousse un peu, la vieille compagne… Encore un verre de liqueur… Une liqueur à deux balles, que je me suis achetée à l'épicerie du coin… Qu'est-ce que j'attends, au juste ? Il me semble que je pourrais m'en souvenir, au moins, mais ces dix jours se confondent, prolongent de façon dérisoire ces dix dernières années, dix années que je traîne. On agit, on est agi… En fait c'est pour rien.... [Lire la suite]
Posté par deborge à 17:11 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
21 mai 2005

D

La nuit je me couche tôt mais je ne dors pas… Mon esprit vagabonde, il arrive d'abord à passer par la fenêtre, fermée pourtant… puis il descend dans la rue, il descend la rue jusqu'aux boulevards. Là souvent je suis distraite par les lumières , attirée comme un papillon. Je cherche un café ouvert, j'entre, lumière et silence, quelques clients attardés. Je déchiffre leurs visages, un à un, pour y lire quelque chose de toi. Ça n'arrive pas souvent, drames trop personnels, ou trop de vapeurs d'alcool… Ils ne savent pas que je... [Lire la suite]
Posté par deborge à 05:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 mai 2005

A — première vision

 Il est peut-être inutile de vouloir fixer quelque chose dans la fluctuation générale, aussi bien un piquet dans la terre qu'une impression sur une feuille. Ces voitures qui grondent dans le lointain, cette vie organisée, dans quelques années – dans quelques secondes – n'auront plus cours. Et il ne s'agit pas de destruction, il s'agit de l'Univers et de son mouvement perpetuel, ce perpetuel éclatement où rien n'existe que dans l'instant. La feuille tombe de l'arbre, et après le poème passager de sa chute, se pose... [Lire la suite]
Posté par deborge à 18:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
24 mai 2005

C — Réminiscences

Le saint en prière sur le montC'est peut-être moiLe pendule, le clocherLa voiture qui file dans la campagnePremière sortie le vélo les arbres dans la brumeDes jours de pluie, des sortilègesLe couloir – carrelage sonoreMais pas de regretMaintenant la forêt qui se découpe sur le bleu du cielL'air est léger, le vent insisteToujours dans les murmures et les gravesComme une respirationVoilà le caillou – de la terre attachée et qui colle au doigt ?Non, tout sec, et un autre plus petit pour l'accompagnerÇa n'a qu'un temps – le vol des... [Lire la suite]
Posté par deborge à 17:59 - - Commentaires [1] - Permalien [#]