04 octobre 2005

ce que D pense de A

Rencontré A, hier, à la boulangerie. Ah celui là ! Un roman ! Toi tu as voulu te retirer du monde, perdre de vue toutes tes connaissances, ne plus avoir de relations avec quiconque, lui, sans efforts, ça fait belle lurette qu'il a atteint ce résultat. On sent le type mal à l'aise, maladroit. On ne sait comment l'aborder, il a l'air malheureux et pourtant sûr de lui. Il se vexe si on ne le reconnaît pas, ou si ,l'ayant reconnu, on ne lui adresse pas la parole, mais lui ne reconnaît personne, ne se souvient pas de votre... [Lire la suite]
Posté par deborge à 16:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

04 octobre 2005

E

Mille guirlandes de fleurs, vois, le monde est passionnant, viens voir les ravages de l'adolescente et les brasiers qu'elle sème, le désordre, la mort qui vous glace ! Ombre fluette de moi-même, quand donc consentirai-je à vivre ? Le casque intégral, les motos surchauffées, nous sommes partis dans les hurlements, trop vif ton moteur t'a brûlé la tête. Fanal, fanal, horizon, sceptre. L'envie qui me tenaille, la faim et la soif qui me jettent. Au dessus, bien loin, par dessus bord, à l'extrême limite. Extrême limite… ... [Lire la suite]
Posté par deborge à 16:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]