18 avril 2005

B

On écrit avec son sang... Tout passe par le sang, pourquoi ne pas le dire, et moi je t'écris avec ma plume, même si je sais que la lettre ne partira pas. Où es-tu ? M'entends-tu ? Je suis bien un fils indigne et impie, n'est-ce pas ? Oh, ma fille, tu verrais comme elle est belle, et douce... À la fin, même les bébés ça ne t'intéressait pas tellement. Fascination, peut-être... Intérêt, oui, mais pas comme nous autres, de ce coté-ci de la barrière... Oui, tu sais, elle pousse bien, elle est coquine. Moi hier j'ai chanté une... [Lire la suite]
Posté par deborge à 17:17 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

26 avril 2005

B — À bout

  Cette fois-ci, je suis à bout, je n'en peux plus... Laissons-nous de nouveau entraîner par les règles de l'écriture, puisqu'il y a règle en tout, règne devant l'éternel, un vaisseau dans la nuit, je n'en peux plus : tout m'est signe, mais signe indéchiffrable et inutile. Les libérés, les libérés de l'asservissement soi-disant. Le calumet, la bataille. La grammaire de Champollion, les trésors, les incunables. Les cris, les cris des soldats, cette trompette monotone me revient. L'autre minable avec ses inspirations,... [Lire la suite]
Posté par deborge à 17:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
09 mai 2005

B

Tout s'éclaire maintenantMa petite fille est làtout près de sa mèreElle rit et regardeConcevoir chaque instant comme un instant magiquepercevoir la magie de chaque instantComme c'est étrange en tout cas ces idées qui s'entremêlentqui s'affirment et s'échangents'approfondissent mutuellementOcéan d'Idées...Te souviens tu de la joie de ta jeunesseLe vaste monde que tu découvrais qui s'offrait à toiLes êtres les formes les ombres les soupirs les mystèresLa petite OliveiraLa petite NaranjaToutes mes petites barcelonesAbandonne toutes idées... [Lire la suite]
Posté par deborge à 22:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 septembre 2005

B

Oui, bien sûr, la joie évidente de toutes choses…Mais ce n'est pas ça que je voulais dire.?Non, rien. … Ça y est je me souviens et c'est le contraire,l'ennui de toutes choses,On se fait des illusions et c'est la marque de la jeunesse,et puis un jour ce n'est plus possible,et on découvre le prodigieux ennui,les prodigieux ennuis :L'ennui évident d'être un homme.L'ennui d'avoir des enfants et de les élever dans la mascarade sanguinolente de nos sociétés avancées,... [Lire la suite]
Posté par deborge à 11:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 septembre 2005

B

Suprême dégoût du dimanche matinSuprême dégoût de la vie de familleCe n'est pas encore l'heure de l'apéritifAprès viendra le vin élémentaire le digestif le vieux rhumAprès ça ira mieuxSuprême dégoût des querelles domestiquesRien… Rien… Aucune issue… Un murAucun intérêt… L'art de se boucher la vie…Le pire c'est qu'on s'y fait…Il faut s'organiser :Qu'est ce que je fais ici alors que je pourrais être ailleurs ?La glu m'a attrapéLa glu et la facilitéQuelquefois un vague souvenir une vague réminiscence que la viepouvait être autre... [Lire la suite]
Posté par deborge à 16:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
30 septembre 2005

B

Dans le jardin romantiqueNous sommes allésMa chèreNous asseoir et boire un cognac,Non, calvados en Armagnac,Villégiature en paysan.Mais la mer ma chère était tout prèsEt nous y allions en caravane.Pas d'incident pas de bruit les enfants mangent,Après ils dorment les parents boivent.Après c'est le silence et la promenade,Demain c'est les vacancesEt puis il y avait le grand jardin t'en souviens-tu ma chèreLe grand jardin aux mille fleurs romantiques.
Posté par deborge à 17:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
09 octobre 2005

B

Voilà ça y est c'est passé… Maintenant c'est autre chose, et encore autre chose. En fait on se lasse, c'est ça qui est dommage. Lasse, dommage… Hommage aux grands hommes, qui ne se sont pas lassés… Comme on devient intelligent à contempler la Lune… les fleurs… C'est facile , tout ça… C'est nous qui somme difficiles… Difficiles à supporter, pauvre Terre ! Terre terrible, Terre sans fin, qui tourne, tourne sans fin… Terre de mes aïeux, ciel de mes fiançailles. Applique toi à bien écrire. Lisible. Cesse de t'admirer.... [Lire la suite]
Posté par deborge à 18:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]