05 octobre 2005

F

Non, je ne pardonnerai jamais à personne. Et vous n'avez pas fini d'entendre mes exigences. Moi la vie ne m'a jamais rien apporté. Et on m'a toujours demandé beaucoup. Beaucoup de choses que je ne pouvais pas donner : Parce que j'étais trop jeune. Une enfant, en fait. Une enfant livrée à elle-même, entre deux parents qui ne s'entendaient pas. Elle, ma mère, qui rêvait que je fasse une grande carrière dans le sport, le piano, les études ou dieu sait quoi, et qui ne se levait pas le dimanche matin, restait affalée sur son... [Lire la suite]
Posté par deborge à 10:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

10 octobre 2005

ce que F pense de A

Déjà bien du temps a passé, et je pense quelquefois à toi. Tu m'as appris mon vrai pouvoir, ce que je pouvais faire des hommes, du moins ceux que j'arrivais à ne pas craindre. Tu te souviens ? Moi, une adolescente perdue, "très renfermée"... Trois mots dans la journée ! Mes parents s'en fichaient, ce qui comptait pour eux c'était les résultats à l'école. Je ne leur parlais pas, mais eux non plus ! Maman : « Alors, combien tu as eu au dernier DS de math ? » Papa : « Vraiment, tu me coûtes trop cher. » Donc rien de ce... [Lire la suite]
Posté par deborge à 16:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 octobre 2005

F

  "J'allume l'écran, j'y trouve des nuits blanches." Moi la nuit je m'éclate la tête. Le nez collé à mon ordinateur. L'Atlantide ! Les délicates petites vagues autour de l'île, moi je suis là haut, bien au dessus, je fais ce que je veux. Le envahisseurs je les détruis d'un coup de click. Les villes se construisent, s'effondrent en un clin d'œil, à mon gré. C'est joli quand la maison disparaît et qu'on revoit le vert de l'herbe. Un autre jeu : là il s'agit de tuer des gens. Le premier c'est facile, il ne se... [Lire la suite]
Posté par deborge à 06:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
25 octobre 2005

F

Oh maman, pourquoi tu ne m'aimes pas ? Pourquoi ne me comprends tu pas ? Pourquoi n'es tu pas avec moi comme les autres mères sont avec leurs filles ? Tu te moques de moi, tu me méprises, tu m'en veux pour quelque chose, je ne sais pas quoi. Je croyais être libre, je croyais que maintenant tu ne pouvais plus m'atteindre. Maintenant des amis viennent à la maison, ils ne se tiennent pas bien, ils sont mal habillés, "ils ont l'air louche", mais tu n'oses rien leur dire. Je fais mes quatre volontés, après tout... [Lire la suite]
Posté par deborge à 16:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]