05 octobre 2005

A

Une espèce d'aveuglement pour tout ce qui est devant moi
L'évidence pourtant de la création
Le samedi soir après le turbin
Avant de me retrouver tout seul dans le noir de mes nerfs
Goûtons quelques instants : il fait froid dehors, je suis bien au chaud, j'écris,
Une drôle de musique à la télé, inhabituelle à cette heure là.
Comme j'aime la solitude et comme je la redoute
Surtout l'immobilité le temps perdu le silence qui s'installe
Maintenant je ne me souviens plus de rien de mes dernières souffrances
Où veux tu m'emmener je te suis je ferai ce que tu voudras
Tu as un petit copain un amant
miss D
Il est parti et tu l'attends
J'ai compris qu'une fois de plus là dedans je n'étais rien
Maintenant chaque mot a son poids de mystère
et de signification
Il n'y a plus de frontière entre elle et la lumière
Loin du cœur loin du cœur
Le flamant la tourterelle
Loin

Posté par deborge à 16:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur A

Nouveau commentaire